Le chemin m’appelle…

En parallèle à mon parcours professionnel de ces dernières années, il y a eu un certain cheminement personnel. Cette route n’est jamais terminée…

Je parlerai ici d’éléments et d’événements qui ont marqué cette évolution vers un mieux être au cours des dernières années. S’affirmer, s’assumer, prendre des risques, vivre… autant d’éléments qui ne mettent pas nécessairement fin à tout épisode dépressif, mais permettent sûrement d’aider à les surmonter.

Je peux identifier mon initiation en 2017, à la marche longue durée (ou la marche pèlerine comme certains l’appellent), comme un des éléments qui a favorisé ce mieux être.

Bout de l’île d’Orléans été 2019

L’aventure, le voyage, la préparation, le défi, le territoire, autant d’aspects ayant motivé cette entrée dans le vaste mouvement de la marche pèlerine. Ces éléments m’ont permis également, entre deux projets de marche, de réfléchir et de préparer le prochain, ce qui fait partie d’une motivation qui se poursuit…

Plus tôt dans la quarantaine, je rêvais de faire Compostelle, mais je me disais que ce type de projet devrait attendre la retraite ou une année sabbatique… Puis, malgré le feu de l’action que ma vie professionnelle m’amenait comme élu municipal, à 51 ans, je me suis dit pourquoi attendre si longtemps? J’ai alors commencé à réfléchir sur des bouts de trajet plus courts.

Pour mes vacances de 2017, j’ai sauté à l’eau avec ma première partie du « camino francès«  en Espagne pour un séjour de marche de deux semaines, puis une 2e partie l’année suivante.

Le matin de mon départ de St-Jacques de Compostelle en juillet 2018, à la table de l’auberge où je séjournais, un jeune retraité français me racontais le chemin de 1500 Km qu’il venait de faire, en partant de chez lui dans la région de Brest en Bretagne. Wow!

Ce qui m’impressionnait, n’était pas nécessairement la distance à pied qu’il venait de faire et les 2 mois et demi qu’il a pris pour y arriver, mais surtout le fait qu’il partait de chez lui, de mettre la clé dans la porte et de prendre le chemin…

Cette image m’a obsédée un bout de temps par la suite, et c’est au cours de l’hiver que je me suis dit pourquoi pas faire un tel projet de marche au Québec. J’aimais beaucoup cette symbolique, de mettre la clé dans la porte et de prendre la route à pied au Québec (il faut dire sans avoir à prendre l’avion, ni l’auto).

Ce que j’ai fait durant 23 jours, un parcours de 630 Km traversant 6 régions, en partant de chez moi dans le Mile End, au petit matin du 5 juillet 2019. Une fabuleuse aventure avec ses défis, sur lesquels je reviendrai ici , dans cette partie de blogue. Oui, il est possible de faire de tels projets de marche pèlerine au Québec, de manière autonome ou organisé, le groupe « Marcher autrement au Québec » en est une très bonne source d’inspiration, avec leur page facebook de 7 800 membres, qui démontre l’intérêt de ce type d’activité ici même au Québec.

Ces projets de marche, ont été pour moi des éléments de transformation et d’une découverte marquante.

Après 12 ans d’intensité professionnelle en politique municipale, je me devais de prendre une pause avant de passer à une autre étape de ma vie professionnelle. Je me sens privilégié de pouvoir me permettre une telle transition. Le besoin de m’éloigner pour quelques mois de Montréal et du Québec m’ont amené dans la préparation d’un voyages de quelques mois en Espagne. Ce périple commencera par un nouveau Compostelle dès la mi-avril. Le camino de la Plata entre Séville et St-Jacques… Le chemin est de 1000 Km sur 45 jours, mais le défi sera, encore une fois, d’écouter ses limites et mettre de côté la performance quand ça ne suivra plus. Faire avec, reste un défi pour moi. Conditions physiques et psychologiques, mais aussi sanitaires et contexte international, autant de raisons qui peuvent mettre un frein à un si beau projet. Mais faire avec, veut aussi dire, de s’y préparer comme si tout était possible.

*****

« À l’époque de l’empire romain, et en particulier sous Trajan et Adrien, fut tracée une route reliant la chaîne cantabrique au sud de la péninsule ibérique. Cet axe nord-sud fut une voie très empruntée où circulaient voyageurs, militaires, commerçants et marchandises. La Via de la Plata, ou « route de l’argent », favorisa la diffusion de la culture romaine (comme en témoignent de nombreux vestiges le long du chemin) et facilita l’administration du territoire par l’empire. À la chute de l’empire, cette route sert aux invasions barbares, puis à la conquête de la péninsule par les Arabes, ainsi qu’à la reconquête. Les pèlerins du sud de l’Espagne l’empruntent pour se rendre à Compostelle. »

Source: « Du Québec à Compostelle » et la photo du site: « Les guides Lepère« .

Quelques références pour la marche longue distance (marche pèlerine).

Référence 1- Marcher Autrement au Québec site et groupe facebook. C’est une référence sans équivoque pour ceux et celles qui ont envie de s’initier en ne traversant pas l’Atlantique.

Sur ce site, vous y trouverez aussi une foule d’information et d’autres références comme le Centre La Tienda à Verdun, des liens vers plus d’une trentaines d’organisations de chemins au Québec, comment se préparer pour un trajet longue distance, le matériel, etc

Référence 2- Michel O’Neill, professeur émérite de l’université Laval, sociologue, depuis sa retraite en 2011 s’est beaucoup intéressé au phénomène de la marche pèlerine qu’il a beaucoup pratiqué sur les chemins de Compostelle en Europe et ici au Québec. Il a participé à plusieurs conférences et publie un livre sur les différents trajets au Québec en 2017 les organisations, leur histoire… puis co-dirige un ouvrage sur le sujet avec Éric Laliberté de Bottes et Vélo. paru en 2021. Pèlerinage, marche pèlerine et marche longue durée au Québec.

6 réponses à “Le chemin m’appelle…”

  1. Il y avait longtemps que je t’avais lu, c’est bon de retrouver tes mots.

    C’est toujours enivrant pour moi de voir quelqu’un faire un pèlerinage. C’est l’intériorité, le retour à l’essentiel, et l’acceptation des défis qui m’attirent.

    Je vais te suivre dans ton cheminement, et moi aussi cheminer à travers tes écrits.

    Bonne route, bon dépassement, bon respect des limites 😉

    Marie-Claude Lépine

    J’aime

    • Oh ma belle amie! Je suis tombé sur des photos du projet d’habitation des Amandiers. Et ça m’a fait revivre des éléments de cette superbe bataille historique… Je me souviens surtout de ce visage radieux qui gardait confiance (et tu avais raison!), tu as été pour moi une grande source d’inspiration. Je suis content d’avoir de tes nouvelles…

      J’aime

  2. Salut Richard,
    Long time no see! Bien contente de te lire. Passionnée de la rando, quelle soit courte ou longue, en solo ou avec ami.e.s, il n’y a rien comme la marche! 🙂 Hâte de te lire dans ton prochain périple qui s’en vient vite! Johanne Alarie xx

    J’aime

  3. Bonne chance Richard pour ton nouveau périple de marche. C’est un plaisir et une inspiration de te lire. Je te souhaite plein de découvertes sur ton chemin…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :